Aéroport : retour les infox et le greenwashing

Publié le dans Positions-Transports & routes

Depuis un an, le Département et Vinci communiquent à grands frais sur leur gestion soi disant « vertueuse » et « durable » de l’aéroport Grenoble Alpes Isère. Mais les derniers chiffres et études disponibles vont totalement en l’encontre de ce message. Afin de démonter l’ensemble des infox et contre-vérités, nous vous proposons un outil interactif à découvrir en cliquant ici :

Parmi la somme d’arguments, on peut en identifier quatre très révélateurs :
– en 2019, en dépit d’une politique de soutien du département très marquée depuis 2015, la fréquentation a chuté de 13%. Avec 306 000 passagers, c’est la 2eme plus mauvaise fréquentation depuis 2015. Une des raisons à cela est la dépendance aux compagnies low cost, qui fontun chantage financier permanent
– en dépit d’un soit disant label éco-responsable et d’un objectif d’aéroport « zéro carbone » (!), les consommations de fluide ont explosé en 2018 : gaz (+8%), fioul (+500%), électricité (+12%), eau (+30%).
– l’argument de l’attractivité touristique est constamment avancé pour défendre l’aéroport. Or en 2018, seuls 2.5% des vacanciers d’hiver sont arrivés par avion.
– enfin, nous révélons aujourd’hui des échanges que le groupe RC-S&E a eu avec la Commission Européenne quant à la légalité des aides publiques. Il apparait en effet que le modèle actuel d’un équipement largement financé par de l’argent public pourrait être en contradiction avec les règles actuellement en vigueur.

Beaucoup d’autres arguments (sur les bio carburants, l’attractivité économique, les contributions carbone…) sont également démontés dans l’outil mis en ligne.