[Communiqué ] Jean-Pierre Barbier et la mixité dans les collèges : faites ce que je dis mais pas ce que je fais…

Publié le dans Accueil, Positions-Education, jeunesse et sport

A l’occasion de la rentrée scolaire des collégiens isérois, M. Barbier, président du Département, s’est exprimé au sujet du sureffectif dans certains collèges grenoblois. Nous souhaitons réagir à ses propos concernant le rééquilibrage possible des effectifs qui, comme il l’a déclaré, pose la « question des transports et de la mixité sociale. Et la mixité sociale, quand on l’évoque, c’est généralement pour les autres ».

Eh bien oui, la mixité sociale est bien pour les autres : la faute à qui ?

L’absence de débat autour de la sectorisation de la Cité Scolaire Internationale (CSI) dans le quartier Europole est une des causes initiales du sureffectif des établissements du nord de Grenoble. Nous rappelons une nouvelle fois que, lors de la révision de la carte scolaire en 2017, la majorité départementale a pris soin de ne jamais aborder la question de la mixité sociale. Elle n’a pas non plus souhaité entamer une réflexion autour de l’ouverture de la CSI aux élèves domiciliés à proximité de cet établissement (accessible uniquement sur examen).

Même si l’adaptation des transports peut être un palliatif qui permette de retrouver une certaine « proximité » et jouer en partie sur la mixité, nous réaffirmons que le rééquilibrage des effectifs aurait dû être abordé en même temps que la recherche d’une mixité sociale véritablement partagée dans tous les établissements, y compris à la CSI.