[Communiqué] La liaison A51 est morte, vive la multimodalité !

Publié le dans Positions, Positions-Transports & routes

Le Département de l’Isère, par la voix de son Vice-Président Bernard Perazio en charge des routes, a annoncé le vendredi 13 octobre un plan visant à sécuriser la route départementale 1075 reliant le Col du Fau à Lus-la-Croix-Haute, tout en admettant l’impossibilité financière de construire une autoroute (l’A51) sur cette section.
Guillaume Gontard, sénateur de l’Isère, les élus départementaux des groupes « Rassemblement des Citoyens – Solidarité et Ecologie » et « Communistes, Gauche unie et Solidaire » tiennent à saluer cette décision, attendue depuis des décennies par les citoyen-ne-s des territoires concernés mais trop rarement défendue par les élu-e-s. Le financement de ce plan évalué à 56 millions d’euros nécessite une participation financière de l’Etat. Ces financements ont été bloqués des années tant que le projet d’A51 était encore à l’étude. Pour éviter toute ambiguïté et accélérer l’engagement financier de l’Etat, le Département de l’Isère doit, sans attendre, demander officiellement le retrait du projet de prolongement de l’A51 du Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT).
Par ailleurs, dans une approche complémentaire et multimodale, le Département doit s’opposer à la suppression du point de croisement en gare de Lus-la-Croix-Haute, envisagée par la SNCF et qui dégraderait fortement le service et mettrait en danger la viabilité de la ligne Grenoble – Gap. Les enjeux de mobilité du Sud-Isère ne peuvent se résumer à un aménagement routier. Il est du devoir du Département de défendre un service de qualité pour tous, automobilistes et usagers du train. Abandonner aujourd’hui cette ligne ferroviaire reviendrait à condamner le développement de nos territoires de montagne investis dans une démarche de transition énergétique et contribuerait à renforcer la fracture territoriale entre les espaces ruraux et métropolitains. Dans ce contexte, les investissements nécessaires pour le maintien de la ligne doivent être engagés afin d’assurer une modernisation rapide des systèmes d’exploitation les plus vétustes pour atteindre une régularité de circulation et une capacité de transport en adéquation avec les attentes des usagers.
Un voeu sera présenté en ce sens à la session publique du 20 octobre 2017 du Conseil Départemental.
Signataires :
• Guillaume GONTARD, Sénateur de l’Isère, Vice-président de la commission de l’Aménagement du territoire et du développement durable.
• Groupe Rassemblement des Citoyens-Solidarité & Ecologie, Conseil Départemental de l’Isère
• Groupe Communiste, Gauche Unie et Solidaire, Conseil Départemental de l’Isère