Grenoble : nos propositions pour les collèges

Publié le dans Actualités campagne, Billets thématiques

La future saturation des collèges à Grenoble est inévitable, si nous restons sans rien faire. Il nous faut reprendre la main sur cette question pour un réseau éducatif équilibré où mixité et proximité doivent être maintenues.

Avec la municipalité Destot, Grenoble a vu fleurir de nombreux projets immobiliers : du site Bouchayer-Vialet à la Caserne de Bonne, en passant par Jean Macé, Europole, mais également Vigny-Musset, et l’avenue des Jeux Olympiques. Et pourtant depuis 5 ans, aucune nouvelle école n’a été ouverte à Grenoble, seulement des reconstructions. Celles-ci sont déjà en surcapacité : inaugurée en 2008, l’école Lucie Aubrac sur le Parc Hoche avait ouvert avec 15 classes et dispose déjà de deux classes supplémentaires, installées dans des « préfabriqués » ; l’école Beauvert à Vigny-Musset reconstruite à capacité égale est saturée moins d’un an après sa réouverture ; celle en construction sur la rue Ernest Hareux (Grenoble presqu’île) ne sera opérationnelle qu’à la rentrée 2018. La Ville de Grenoble a annoncé ouvrir une quarantaine de classes d’ici 2020, soit l’équivalent de 4 à 5 écoles supplémentaires !

Inutile d’être un fin démographe pour prévoir que ces écoles saturées produiront dans peu d’années des collèges eux aussi surchargés. Or, certains le sont déjà !

Des mesures palliatives à court terme
Au nord de Grenoble, la majorité sortante au Conseil général n’a rien prévu si ce n’est de remplir jusqu’à la limite du possible les collèges du secteur, voire de dépasser, sans aménagement, les capacités d’accueil, comme Fantin Latour mais aussi à terme Aimé Césaire. Et comme ceci ne sera pas suffisant, de jeunes Grenoblois devront se déplacer dans les collèges en sous-effectif des communes environnantes : le quartier Jean Macé pourrait ainsi dépendre du collège de St-Martin-Le-Vinoux ! Une aberration en termes de déplacements et de qualité de vie pour nos collégiens !

Au Sud, des disparités
Pour le collège Lucie Aubrac à La Villeneuve, la majorité sortante a laissé entendre depuis longtemps qu’elle le déplacerait pour le mettre sur la ZAC Flaubert… mais n’en a rien fait toutes ces années. Il n’y a à cette heure aucun plan ou étude sur Flaubert intégrant un collège.
Toutefois, chacun est d’accord pour dire qu’on ne peut rester sans rien faire d’autant que les collèges Olympique (Vigny-Musset) et Vercors (Jouhaux-Abbaye-Châtelet) vont grossir du fait des projets urbains récents de la même manière que leurs écoles de rattachement.

La nouvelle équipe municipale de son côté penche plutôt pour un maintien car la population de 15000 habitants requiert l’équivalent d’un collège entier et son déplacement ne permettra pas plus de mixité. Par ailleurs, réduire les équipements dans ce quartier, c’est aussi prendre le risque d’en faire une cité dortoir et de donner une fois de plus l’impression d’un abandon des institutions publiques et que les habitants ne sont pas dignes d’un collège.
Dans le même temps, conserver l’existant sans rien faire, c’est accepter que les enfants de La Villeneuve soient de plus en plus enfermés dans leur quartier.
En tout premier lieu, il faut enfin entendre les habitants et les parents et arrêter de faire des promesses jamais tenues. 

Une remise à plat globale, avec pour objectif l’excellence éducative pour tous

En s’appuyant sur les associations de parents d’élèves, le corps enseignant et les différents acteurs de la Ville, un projet de grande ampleur est possible : un collège supplémentaire au centre, des sections internationales réparties dans l’ensemble des établissements, des innovations éducatives sur La Villeneuve, la volonté d’un collège plus ouvert aux parents et aux bonnes volontés de la société civile.
Le rassemblement des citoyens n’écarte aucune piste pour repenser équitablement les collèges sur l’ensemble de la ville, afin d’assurer un bon équilibre entre mixité, proximité et ouverture vers l’extérieur.

Ce sera un objectif de notre mandat que d’agir enfin sur ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *