[SÉANCE PUBLIQUE 1er avril 2021] Discours de clôture du budget 2021 par Véronique Vermorel

Publié le dans Accueil, Sessions publiques

Plutôt que de paraphraser ce qu’on dit mes collègues précédemment, et comme c’est la dernière séance publique de ce mandat, c’est l’occasion de prendre un peu de hauteur sur ce qui s’est dit et ce qui s’est passé pendant 6 ans. 6 ans où vous avez appliqué votre politique avec vos convictions et avec des élus investis, il faut le souligner, 6 ans où nous, opposition, avons apporté des idées, défendu nos convictions nous aussi et où nous avons tour à tour dénoncé, alerté et anticipé ce qui est aujourd’hui avéré : le dérèglement climatique, l’impact des activités humaines sur l’environnement, la chute de la biodiversité sont des réalités que plus personne ne conteste et qui nous menace. Pendant ce mandat, la prise de conscience générale des enjeux climatiques s’est exprimée, par la jeunesse notamment qui voit son avenir obérer par les choix faits par les générations précédentes. La pandémie qui nous accable est bien aussi une conséquence des effets de la mondialisation, de l’inflation des échanges et des transports, d’un capitalisme dévorant les terres, les ressources, les gens et cette pandémie questionne tout le monde sur ce qui compte et sur le monde plus juste que nous voulons au fond tous, je pense, du moins j’ai envie de le croire.

Sur le fond donc, nous avons fait de la politique en vous confrontant, en vous affrontant, avec de biens petits moyens. Et Je retiens la phrase que vous avez dite aujourd’hui pendant cette séance sur l’information des oppositions volontairement parcellaire et de l’aveu donc d’une transparence relative sur les informations que vous nous transmettez pour avoir tous les éléments, mais par contre sur les ruades que vous faites quand on vous les réclame par une voie du coup un peu plus procédurière. Les oppositions ont des droits, celles d’être informées en connaissance de cause, ce sur quoi nous avons parfois été mal servi.

Tout ça pour dire que, précisément pour cette raison, les conditions du débat n’ont pas toujours été à la hauteur pendant ces 6 années et que globalement ce soir, nous ne vous donnerons pas le plaisir de vous auto-féliciter une dernière fois pour vous permettre de dérouler vos argumentaires.