[communiqué] Insertion : la politique inconséquente du département.

Publié le dans Accueil, Positions, Positions-Action sociale

rsaDans le cadre du vote des ajustements budgétaires pour l’année 2016, le montant dédié au RSA a été réduit de 4 M d’euros car l’augmentation du nombre d’allocataires du RSA est moins importante que ne l’avaient établie les prévisions du dernier trimestre 2015. Selon l’exécutif départemental, c’est, en partie, l’annonce du renforcement des contrôles et la politique volontariste de contractualisation en vertu du principe de réciprocité, qui expliquent cette baisse !

Le postulat à partir duquel le département élabore sa politique d’insertion relève de préjugés consistant à penser que les allocataires du RSA sont des assistés qu’il faut mettre au travail, ou des fraudeurs. Rappelons avec force que les fraudeurs ne sont qu’une infime minorité qu’il convient certes d’empêcher alors que la plupart des allocataires vivent mal leur situation et préfèreraient travailler. Si le nombre d’allocataires du RSA a moins augmenté que prévu au dernier trimestre 2015, c’est d’abord le résultat d’une tendance nationale dont les causes réelles mériteraient d’être mieux étudiées : conjoncture économique plus favorable, non recours aux droits, etc. Prétendre, comme le fait la droite, que cette baisse est l’effet de la mise en place d’une cellule de contrôle à peine opérationnelle, n’est pas sérieux. Le département ne propose aucune véritable politique d’insertion et la « chasse aux fraudeurs et aux assistés » ne peut pas masquer son manquement à sa compétence de base : l’accompagnement social des plus fragiles.

Par ailleurs, le principe de réciprocité qui suggère aux allocataires de se rapprocher des associations est une impasse. Alors que la droite depuis son arrivée ne cesse de diminuer les subventions à certaines associations au risque de les asphyxier, fragilisant ainsi le tissu associatif, elle voudrait à l’inverse, qu’elles accueillent plus d’allocataires du RSA ! A moins que cette majorité n’envisage de remplacer les salariés d’associations par les allocataires du RSA…